L’HISTOIRE D’UNE CAROTTE

 

Effect_20180217_190859Au début était la carotte, la carotte c’était eux, et eux, aimaient la carotte. Elle était au commencement avec eux. Tout ce qu’ils firent ensuite n’a été faite sans elle. Pour eux elle était la vie, et cette vie était leur lumière. La carotte luit dans leur appétit, et leur appétit l’a bien reçu. Il y eut un jeune homme envoyé du monde, son nom était Melcky…

Melcky était un jeune homme dans la vingtaine, beau, taquin et super sympat. Le genre a défier le monde. Il n’avait peur de rien, il adorait prendre des risques énormes pour peu. Avait des attitudes parfois exécrables pouvant provoquer l’aversion. Mais on pouvait vite les lui pardonner car il savait s’y prendre pour recevoir la clémence des autres. Melcky habitait une petite ville un peu reculée de lomé où il vivait avec sa mère. Une très belle dame au grand coeur. Il avait deux compagnons. Fredy et Da’v. C’était trois lascars, des brothers from anothers mothers. À eux trois, leur amour, passion pour la carotte était d’une intensité indéniable. Loin d’être une addiction, ils en avaient fait une tradition. Respecter les us et coutumes de jah. Ils donneraient n’importe quoi pour la carotte. Tueraient, pères, mères, femmes et enfants pour elle. Décimeraient villes et villages entier pour elle. Fredy quand à lui adorait immortaliser leur instant-jouissance avec la carotte. Toujours scotché à son appareil caméra canon EOS 700D numérique reflex kit, qui lui a coûté la peau des fesses après avoir épargné près de cinq cent mille francs CFA. Fredy était réalisateur cinéaste, spécialiste en montage-vidéo…

LES PREMIÈRES FUMÉES

Effect_20180217_190949.jpg

Dans la maison de Melcky, précisément dans son garage était garé son carrosse, une Opel Astra twintop, coupé cabriolet 4 places des années 90. Une vraie épave je vous en conjure. Mais son amour pour elle était sans limites. Il l’avait recouverte d’une grande bâche qui descendait jusqu’aux pneus presque fanés. C’était devenu leur repère, leur QG…

Tous les soirs, ils s’y enferment pour déguster le soupé, enfin la carotte. May jah bless no one curse sssssssss, lançait Da’v. C’était une bien belle façon de réciter le bénédicité. MDR. Truc de ouf n’est ce pas? La maman à Melcky ne s’en rendait compte de rien. Pour elle c’était une façon pour eux de s’y enfermer pour ensuite partager leur petits secrets. À l’intérieur, ils avaient pris soin de boucher tout les petits trous susceptibles de mettre en doute leur crédibilité. C’était des artistes. À voir la perfection de leurs œuvres, on aurait du mal à se douter de quelque chose.
Fredy: allez Da’v, passe la moi.

Da’v: ssssssss, calme bro je n’en est tiré que deux.

Fredy: hey mais quand même, c’est mon tour.

Melcky: tchaley, tu auras ton tour, au calme OK (le chef de la bande a parlé)

Da’v: sssssss, thankx bro.

Vu de l’extérieur, on apercevait un calme authentique. Nul ne pouvait s’imaginer l’espace d’un instant qu’à l’intérieur de la voiture étaient regroupés 03 jeunes hommes en quête de leur salut…
Melcky d’un coup d’épaule ouvrit la portière, écarta la bâche et sorti. Les deux autres lascars lui emboitaient le pas aussitôt. Ils étaient déjà à 3000 pieds altitudes Nord. Lol. Planant les airs, tel des drones en furient. Ils étaient d’un calme étonnant, avec des yeux qui trahissaient leur action. Rouge et dans une totale désinhibition. Melcky entra dans la cuisine et en ressorti avec le menu du soir, une grosse boule de pâte( nourriture locale). On croirait nourrir une équipe de rugby, mais non, ils n’étaient que trois. En une fraction de seconde et dans un silence absolu, ils finissaient de manger. Faut croire que la carotte agit en conséquence de consommation.

LA GIFFLE

Effect_20180217_191041.jpg

Il sonnait midi, et comme chaque jours de la semaine, il était à son heure de pause. Da’v était un jeune homme plutôt tranquille, il parlait peu, n’avait aucune expression de visage, plutôt neutre. On ne savait jamais à quoi s’attendre avec lui. Ce jour là, il avait décider de se mettre en harmonie avec mère nature, accompagné de sa carotte, et vu que la plage était à seulement deux rues de son lieu de travail, il s’y rendit. Tranquille et peinard, faisant face a l’eau, il enroulait son oin’j. Il respirait le grand air, contemplant, tout épanouie le bruit des vagues qui divaguent. Attention, à cet instant précis, il ignorait totalement l’existence plausible de la race humaine. Il était Dieu. Devenu son propre chef, il absorbait les dernières fumées quand il senti soudain une main ferme lui tapotant le dos. À peine il n’eût le temps de se retourner et faire face à son étranger qu’il reçut tel une fusée une sacrée paire de gifle. Il n’eût même pas le temps d’en placer une qu’il se vit mennoté et conduit illico à la brigade anti-drogue. C’est quelques heures plus tard, après avoir gouté aux malices de la cellule que Melcky débarqua, régla sa caution avant de lui passer un savon une fois rentré. Rien d’aussi hargneux car toute suite après, Fredy rentra du boulot qu’automatiquement ils s’enfermèrent tous les trois dans leur QG pour savourer leur dernière carotte de la journée. Melcky lança aussitôt un YES WE CANNABIS…

IMG-20180212-WA0093.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s